Un passé mouvementé

L’histoire de Plombières, qui s’étend sur près de 20 siècles est si vaste qu’elle ne peut être retracée par le détail dans nos pages. Au temps des gaulois, la vallée ressemblait à celle actuelle, toutefois avec des pentes plus rocheuses et boisées; elle était, bien entendu, bien moins habitée. Les sources très chaudes ont retenu quelques Celtes dont les huttes formaient un hameau appelé « Plomen birvi »- « Sources brûlantes ». Puis vinrent les romains, amateurs de thermes, qui réalisèrent un chantier immense. Ayant découvert les sources de Plombières, il y a plus de 2000 ans, ils ont fondé le premier établissement thermal de la station qui était l’un des plus vastes qu’ils aient édifié dans les Gaules. Détruite lors des invasions barbares, Plombières renaît à partir du Moyen-Age, car sous les ruines, protégées par le travail des romains, les sources coulent intactes.

1914

1914

Ensuite, Plombières fut reconstruite lentement, mais durablement. Par ses eaux et ses sources les plus chaudes d’Europe, Plombières a pu acquérir une grande renommée. De la renaissance à la fin du XVIIè toute la haute société se donne rendez-vous dans la petite vallée vosgienne, l’un des endroits les plus à la mode. Au fil des siècles, d’illustres curistes vont s’y succéder : Montaigne, Voltaire, le Duc de Guise, les Ducs de Lorraine, Beaumar-chais, Joséphine de Beauharnais, Napoléon III, Berlioz, Lamartine ou encore Alfred de Musset ont été séduits par la  » ville aux mille balcons « .

Une adaptation progressive continua, le nombre des établissements augmenta et, un règlement est édicté par Montaigne qui fait une saison à Plombières. Les ducs de Lorraine fréquentent naturellement Plombières mais les guerres n’épargnent pas la ville qui se relève toujours. Le duc Léopold fait améliorer les routes, Stanislas Leszczynski y construit, entre autres, son palais (maison des Arcades) et crée la promenade dite de « Mesdames » en l’honneur des princesses Adélaïde et Victoire, filles de Louis XV. Le bain tempéré est édifié sur l’ordre de Louis XV. Le Chapitre de Remiremont élève une charmante villa thermale qui deviendra le bain Stanislas.

La période est brillante entre toutes car les notabilités affluent. Comme, par exemple, les de Civrac, le Président Hénault, le duc de St Simon, Voltaire, la divine Emilie, marquise du Châtelet, St Lambert, la Marquise de Boufflers qui suit le bon Roi Polonais. Plusieurs médecins compétents exposent la qualité des eaux et leurs usages, ils découvrent de nouvelles sources. L’une fut patronnée par J.B. Alliot, Médecin des Cours de France et de Lorraine. Beaumarchais, propriétaire d’une papeterie à Plombières, y donne la « première » du « Mariage de Figaro ». La Révolution prive ensuite la ville de sa clientèle d’aristocrates mais le courant reprend.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s